Ranger|Déranger

Nouvelles > Ranger|Déranger

Ranger|Déranger

 

 

 

 

 

 

Neige Claret a travaillé comme assistante avec sa mère, Sylvaine Chassay, l’année dernière lors d’une performance collective. Elle collabore aujourd’hui pour la première fois à un projet commun. Neige fait partie du conseil étudiant et du journal de l’école FACE, où elle étudie depuis 9 ans. Elle y pratique le chant, le trombone et le théâtre, se produisant lors de nombreux concerts et spectacles. En sixième année, elle a participé au programme de monitorat avec une classe de maternelle. En 2017, elle a été guide lors de l’évènement artistique Ad ognuno la sua p’arte à Villatalla (Italie), auquel participait Sylvaine. Ses centres d’intérêt sont la lecture (romans et ouvrages scientifiques), le cinéma, les jeux vidéos et la cuisine.

 

 

 

 

 

Sylvaine Chassay est engagée depuis 1994 dans une démarche à la jonction de l’art contextuel et participatif, basée sur une esthétique attentionnelle. Elle observe, examine et questionne notre mode de vie, nos contrariétés, nos valeurs individuelles et collectives, s’incluant tout autant que ses contemporains dans ce processus d’analyse intuitive. Ses installations, interventions et actions performatives se sont déployées dans plusieurs pays. Sylvaine a vécu pendant dix ans en France, où elle est allée poursuivre des études supérieures. Depuis son retour, elle habite à Pointe-Saint-Charles (Montréal), s’implique activement dans son quartier et le milieu des centres d’artistes autogérés du Québec, tout en bâtissant une famille avec son amoureux.

Le coeur de notre projet repose sur la remise en question des stéréotypes liés aux genres et les mécanismes qui en découlent. Nous avons choisi ce sujet après plusieurs échanges d’idées qui ont eu lieu dans la chambre de Neige et dans ma chambre, deux pièces qui, dans notre maison, communiquent l’une avec l’autre.

En classe, nous avons mené une série d’activités sur ce thème afin de connaitre les différentes perceptions des élèves sur le sujet et de partager nos questionnements. En plus d’alimenter la discussion, les jouets choisis par les enfants lors de l’activité finale vont nous servir pour la confection de coussins « dégenrés » sur lesquels on les retrouvera sous forme de pictogrammes.

Ces coussins seront intégrés à notre installation en galerie, une reconstitution ludique de nos chambres offerte à l’exploration du public. D’autres éléments manipulables témoigneront du résultat de nos recherches, invitant à la réflexion sur l’existence de ces stéréotypes.