Projets

RaConter sa ville (2011)

Le projet RaConter sa ville a permis aux élèves de créer un conte urbain visuel et sonore. À l’aide de photographies et d’enregistrements sonores qu’ils ont captés en marchant près de l’école, ils ont réalisé un collage vidéographique accompagnés de l’artiste Marcelle Hudon. Tout en étant dans un processus de création, ils ont découvert la pratique et les œuvres de cette artiste multidisciplinaire. Ce projet a comme objectif de les engager dans un processus d’appropriation d’une pratique artistique actuelle, des principes du conte urbain visuel et sonore et de la culture urbaine de leur quartier. Cette expérience représente un moyen de prendre la parole, de s’exprimer autrement que par la langue écrite et de raconter la ville à partir d’une ‘lecture’ et d’une interprétation personnelles de leur environnement quotidien. Nous croyons que cette proposition de réaliser des contes urbains visuels et sonores correspond tout à fait à des jeunes qui ont des difficultés à écrire et à lire en français et ceci pour deux raisons. La première, parce que la caractéristique centrale du conte urbain est qu’il est très près de la langue parlée. Deuxièmement, l’utilisation d’un langage visuel et sonore
pour créer les contes fait appel à leurs forces et compétences pour créer des récits.
 

crédits@Centre turbine 

Création de contes urbains visuels et sonores
Septembre 2010 - Février 2011

 
Proposé par le Centre Turbine en collaboration avec le Théâtre Le Clou
Coordinateurs et animateurs : Adriana de Oliveira et Yves Amyot
Artiste invitée : Marcelle Hudon

 

 
 

 

 

 

 

 

Étapes de réalisation

Initiation à la pratique artistique d’une artiste professionnelle
Le projet RaConter sa ville débute avec le contact direct avec l’artiste professionnel Marcelle Hudon. L’artiste présente aux jeunes son travail et son processus de création. Nous réalisons que l’échange entre l’artiste et les jeunes favorise l’accès au sens des œuvres et offre aussi une dimension plus humaine à la rencontre, car l’artiste peut témoigner des étapes vécues dans son processus de création qui mène à la présentation finale d’une œuvre.
La démarche artistique de Marcelle Hudon se situe dans un croisement fertile entre l’art visuel et l’art dramatique. Son travail fait appel au théâtre, à la mémoire, au rêve et à la mise en image de récits. Elle a présenté aux jeunes en particulier son travail de collage en mouvement qui consiste à découper des dessins, des photos et des images pris dans des revues, puis à les animer de diverses façons devant la caméra vidéo. Ces langages riches et multiples explorés par l’artiste offrent des pistes de communication qui correspondent au potentiel d’expression des jeunes nouveaux arrivants.
Cette rencontre agit également comme catalyseur et inspiration auprès des jeunes pour imaginer différents scénarios de création de leur conte urbain.
 

Initiation au conte urbain

« Le conte urbain a cette particularité d’inclure, dans son
essence même, la ville, qui en est le théâtre, et l’ensemble de
ses habitants qui se retrouvent au cœur de l’histoire... » 
 
Michel CrespinLes contes urbains mis en scène par les arts de la rue, mémoire réalisé à l’IUP Denis Diderot,Université de Bourgogne, octobre 2000.
 
En collaboration avec le Théâtre Le Clou les élèves seront initiés aux rudiments du conte urbain. Un auteur/conteur professionnel présentera son travail et expliquera les caractéristiques d’un conte urbain.
 
Réalisation d’une techno-marche
Les élèves ont été invités à expérimenter une techno-marche dans le quartier environnant l’école. Cette techno-marche consiste à marcher avec un appareil photographique et un micro-cravate épinglé à son vêtement et relié à un dictaphone qui enregistre la voix et les sons environnants tout au long de la marche. Il y a aussi des écouteurs reliés au dictaphone qui permettent d’entendre et d’amplifier ce qui y est enregistré. À chacun des pas du techno-marcheur s’ouvrent à lui une multitude de lignes de fuite vers des sons, des images et des expériences. Ces jeunes marchent dans leur quartier tous les jours, ils se déplacent d’un point à un autre sans vraiment porter attention à ses caractéristiques.
L’expérience d’une techno-marche favorise l’émergence de récits personnels en leur proposant de vivre autrement leur environnement, de mieux le voir et l'entendre. Pour atteindre cet objectif, ils ont marché librement pour photographier des objets, des lieux, et des scènes du quartier, tout en étant très à l’écoute des bruits, des paroles et des sons. À leur retour, ils avaient accumulé des sons et des photographies qui ont servi à créer leur conte urbain visuel et sonore. C’est à partir de ce matériel audiovisuel qu’ils ont réalisé un collage vidéographique pendant un atelier de création animé une fois de plus par l’artiste Marcelle Hudon.
 
Atelier de création des contes urbains
Par la suite, ils ont participé à un atelier de création de deux jours et demi dans le contexte du stage d’encadrement dramaturgique les Zurbains organisé par le théâtre Le Clou. Chaque année ce théâtre propose à des adolescents un week-end de création d’écriture de contes urbains. Accompagnés de dramaturges et de comédiens ils travaillent à la réécriture d’un conte personnel. C’est dans ce contexte et, sous la supervision de l’artiste et des deux animateurs que les élèves de Jeanne-Mance ont créé leur conte visuel et sonore. En équipe, ils ont eu accès à un poste de travail constitué d’une caméra vidéo accrochée verticalement pour enregistrer à vol d’oiseau une table lumineuse. Les élèves ont manipulé sur la table lumineuse leurs photographies, différents types de papiers, des acétates, des images et des objets en temps réel pour créer leur collage en mouvement vidéographique. La caméra branchée à un téléviseur permet de voir naître la création d’un univers presque par magie. Tout en manipulant leurs images, ils ont dû inventer et fabriquer des sons et des bruits. Cette technique, très accessible aux jeunes, favorise la création de propositions artistiques inventives et personnelles. Alliant la réalisation plastique à deux dimensions et la création d’images en mouvement, cet atelier a permis aux participants de penser autrement la création d’un conte urbain.
Cet atelier dans un contexte interculturel d’apprentissage et de création entre les jeunes auteurs et les jeunes créateurs visuels a été une occasion privilégiée de découverte et d’échange sur le monde imaginaire de ces adolescents. À la fin de l’atelier, il y a eu une présentation publique des contes visuels et sonores ainsi qu’une lecture des contes à la Salle Fred-Barry, le dimanche 6 février 2011.
 

Apprentissages et expériences

  • Découverte de la pratique et des œuvres d’une artiste professionnelle.
  • Initiation au conte urbain.
  • Initiation aux technologies de l’information et de communication (TIC).
  • Prise de parole par les élèves sur leur perception de leur quartier.
  • Prise de conscience du fait que l’on peut s’exprimer autrement que par le langage écrit.
  • Engagement dans un processus de création artistique en lien avec la vie quotidienne.
  • Découverte et exploration de la technique du collage en mouvement vidéographique.

Liens avec le programme de l’école québécoise

  • Domaines généraux de formation : Médias et Vivre-ensemble et citoyenneté
  • Compétences transversales : Mettre en œuvre sa pensée créatrice, Exploiter les technologies de l’information et de da la communication, Actualiser son potentiel
  • Compétences disciplinaires (Arts plastiques) : Créer des images personnelles et apprécier des œuvres

Calendrier

Janvier 2011 (4 cours de 75 min.)
  • Présentation du projet aux jeunes
  • Rencontre entre l’artiste Marcelle Hudon et les jeunes
  • Réalisation de la techno-marche
  • Recension et appropriation du matériel enregistré
  • Préparation à l’atelier

Février  2011

  • Atelier de création des collages vidéographiques au théâtre Denise-Pelletier (5-6 février).
  • Présentation publique des contes urbains visuels et sonores à la Salle Fred-Barry (6 février).
  • Retour en classe sur l’expérience de l’atelier (un cours de 75 min.).
  • Présentation des travaux des élèves à l’école Jeanne-Mance.

Conclusion

Nous croyons, tout humblement, que le projet RaConter sa ville a proposé des apprentissages et des échanges de qualité. Nous sommes conscients de l’importance des premiers contacts à la culture de ces jeunes arrivants. La découverte du travail de Marcelle Hudon, la collaboration entre les adolescents et cette artiste, l’échange créatif et culturel entre les jeunes arrivants et les jeunes auteurs du projet les Zurbains et la réalisation d’un conte urbain vidéographique à partir d’une techno-marche sont des points saillants qui n'ont certainement pas laissé ces adolescents indifférents .
 

Organismes impliqués

Le Centre Turbine
Depuis 10 ans, le Centre Turbine développe des projets entre les milieux scolaires, artistiques et culturels, qu’il s’agisse de présentations d’œuvres ou de rencontres avec ses créateurs dans les écoles du Québec. Le centre propose des espaces de collaboration entre artistes et éducateurs par le biais d’ateliers de formation, de créations pédagogiques, de colloques, de résidences d’artistes et de publications. En 2007, Turbine devient partenaire du projet de recherche DesMarches, un projet sur le potentiel de la marche accompagnée de technologie, c’est-à-dire la techno-marche, pour favoriser chez les élèves des productions audiovisuelles singulières.
 
Théâtre Le Clou
Le Théâtre Le Clou se spécialise dans la création pour le public adolescent. La compagnie organise les contes Zurbains, qui est un concours d’écriture où 12 jeunes participent à un stage intensif de réécriture. Avec l’appui d’auteurs et de comédiens professionnels, les jeunes auteurs travaillent leur conte et le confrontent à l’oralité.
Plus d'information sur le Théâtre Le Clou.
 
Ce projet bénéficie du soutien financier du ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine et de la Ville de Montréal dans le cadre de l’Entente sur le développement culturel de Montréal 2008-2011.