Projets

In Utero (2003) - Chantal du Pont

Résumé du projet

Voir et entendre au bout des doigts

Turbine a offert à l'artiste Chantal du Pont une résidence pour créer une vidéo de création en s'inspirant du projet pédagogique Murmur In Utero. Elle réalisera cette vidéo en utilisant la thématique de l'expérience intra-utérine, des images et des sons captés en milieu scolaire. Autour du thème de la naissance, le projet Murmur In Utero vise à initier les enfants de la maternelle et leurs enseignants à la création artistique interdisciplinaire (arts plastiques, art dramatique et musique).

Les enfants auront l'occasion de réactiver l'expérience intra-utérine en explorant divers éléments sensoriels et en se représentant dans le ventre de leur mère. Ils seront informés des technologies qui permettent de suivre le développement du foetus, tout en appréciant la sensibilité du monde secret que ces outils révèlent; ils apprécieront aussi des images d'art liées au thème. Ils seront initiés à l'expérience de la naissance et au vocabulaire lié à la croissance in utero. Ils réaliseront des trames picturales, gestuelles et sonores évoquant l'univers intra-utérin. Puis ils créeront un embryatum, c'est-à-dire un espace de grand format qui pourra servir de lieu de recueillement et de stimulation sensorielle. À l'intérieur de l'embryatum, ils simuleront la croissance par la constructon d'extensions du corps et par la performance poétique, théâtrale et musicale. Ils rencontreront l'artiste Chantal du Pont qui expliquera sa démarche artistique.

Turbine fait appel à PRIM pour une coproduction afin d'offrir à l'artiste des équipements de qualité pour réaliser sa bande sonore et le mixage final.


Démarche de Chantal du Pont

 

Une prothèse du regard portée au bout des doigts de l'artiste permettra d'expérimenter avec les petits de la maternelle de l'École St-Ambroise l'expérience In utero à travers la mémoire du corps. Toucher de plus près ce qui se donne à voir et à entendre du dedans et au-dedans, tel est le défi à relever.

Un dispositif portable et mobile permettra de capter des images et des sons au coeur même des expériences plastiques, corporelles et sonores des enfants à partir de la thématique Murmur In Utero. Les images et les sons recueillies auprès des enfants donneront lieu à une exploration poétique de l'expérience de voir et d'entendre du dedans et au-dedans. Un regard aveugle, parfois brouillé, flou, des ondulations sonores presque inaudibles et des murmures à décrypter, ce flux d'images et de sons se précisera au moment de la traversée de l'espace de mémoire in utero vers un nouvel espace à habiter

Ce projet s'inscrit dans la continuité de ma vidéo "Du front tout le tour de la tête" et du projet vidéo "40 jours à rebours". Mon intérêt pour explorer les lieux de la mémoire du corps, tant celui des traces de la maladie dans mes autoportraits que celui de l'expérience d'un corps prisonnier de lui-même tel que vécu par mon frère pendant les 40 jours qu'il a passés dans un coma vigil à l'hôpital se poursuit dans ce projet à travers une expérience davantage multi-sensorielle qui impliquera une dimension performative dans la captation des images et des sons. Je compte explorer ce qui est à voir et à entendre à partir de l'expérience du toucher. Le traitement numérique du son sera primordial dans ce projet pour rendre compte de sa dimension ondulatoire dans un espace restreint.


Notes biographiques

 

Née à Montréal, Chantal du Pont est professeure à l'École des arts visuels et médiatiques de l'Université du Québec à Montréal depuis 1985. Membre fondateur du Groupe de Recherche en Arts médiatiques (GRAM) depuis 1989 où elle assume la responsabilité de la section vidéo du Dictionnaire des Arts Médiatiques publié en 1996, sous la direction de Louise Poissant.

Artiste multidisciplinaire, elle a participé à de nombreux festivals internationaux de vidéo et de nouveaux médias et à des expositions individuelles et collectives, tant au Québec qu'à l'étranger. La problématique de l'identité du territoire et de ses frontières reste au centre de l'ensemble de sa production vidéographique, en particulier les limites territoriales entre différents champs artistiques, entre nature et culture, entre pays ou encore entre domaines privés et publics. Ses installations et images vidéo coexistent avec la photographie et les arts plastiques. Elle est invitée en 2002-2003, comme artiste en résidence au Centre en arts médiatiques PRIM et à l'École primaire St-Ambroise.

Depuis 1996, le contenu des vidéos de Chantal du Pont est davantage autobiographique et narratif. Elle explore le langage et la vulnérabilité du corps. Les questions de l'identité familiale et culturelle, de l'autoreprésentation, de l'écriture comme objet et processus de création sont au centre de ses préoccupations. Le document ou encore, le journal de voyage, le journal intime , la lettre, la correspondance peuvent être parfois un point de départ ou une partie intégrante de son travail artistique.

C'est en travaillant en collaboration avec Élisabeth Wörle qu'elle amorce une démarche davantage biographique sous forme de correspondances-vidéo. Les oeuvres vidéographiques qu'elles ont réalisées ensemble questionnent plus particulièrement la mouvance identitaire par rapport à leurs racines familiales, culturelles ou au contexte actuel de globalisation (Lettres de souvenances, 1996, De coeur et de paroles, 1999, les.33jrs.d/alexandra.qc.ca, 2003).

 
Voir au bout des doigts - Chantal du Pont