Effets secondaires

©Céline Huyghebaert
Artiste(s):
Centre hospitalier
2020
Participant(e)s:

Un groupe de participant.e.s de la Fondation Virage pour le soutien au cancer.

Subventionneurs:

Ce projet est rendu possible grâce au programme Manifestation et présentation publique en arts visuels du CALQ.

La Bourse Claudine et Stephen Bronfman en art contemporain que s'est vue décerner l'artiste en 2019 contribuera à la production des oeuvres.

Pour « Effets secondaires», Céline Huyghebaert s’intéresse à ce qui est invisible ou tabou dans le cancer, pendant une résidence et une série d’ateliers de création donnés aux participant.e.s de la Fondation Virage au CHUM. Le projet est développé par l’artiste et par le Centre Turbine.

Dans une entrevue, la réalisatrice Agnès Varda raconte les réticences qu’a son producteur à laisser l’héroïne du film Cléo, de 5 à 7 prononcer le mot « cancer » : « Personne n’ira voir ton film, dit-il, si tu mets ce mot dedans ». En France, jusqu’à récemment, on ne le prononçait pas devant le malade. Le médecin informait une personne de l’entourage, parce qu’il craignait que le patient baisse les bras s’il connaissait son diagnostic.

De la même manière que le mot ne se prononce encore qu’à mi-voix, la maladie est aussi parfois « silencieuse ». Beaucoup témoignent du fait que le corps ne « devient » visiblement malade qu’à partir du moment où il reçoit les traitements qui doivent le guérir. Est-ce que les effets secondaires des traitements sont aussi la maladie ? Et leurs impacts sur la vie professionnelle, sociale, sexuelle des patients ? Arrive-t-on à parler de ce que l’on vit aux proches de qui on essaie de prendre soin ?

Céline Huyghebaert souhaite explorer ces questions dans l’écoute et la rencontre pour créer une voix collective autour de l’invisibilité et des non-dits de la maladie. Du 20 février au 4 juin 2020, l’artiste offrira des ateliers à la Fondation Virage (CHUM), qui propose aux personnes ayant eu un diagnostic de cancer un accompagnement, des services de soutien et des ateliers de création. Dans ces ateliers, elle alliera l’écriture à l’image avec des jeux de langage, de collage, de captations sonore ou photographique. Elle offrira également des journées de présence et de conversation à la Fondation Virage et au CHUM.

En parallèle, elle développera un travail à mi-chemin entre le documentaire et l’œuvre poétique. Dans le cadre d’un « Projet sur mesure » avec L’Imprimerie, centre d’artistes, elle explorera des procédés numériques et analogiques, et des nouvelles techniques de reliure afin de préparer le matériel des ateliers de création et de produire les œuvres liées au projet.


Céline Huyghebaert développe une œuvre plurielle, à la croisée du livre et de l’installation, en utilisant le langage comme principal médium. Son travail a été diffusé dans le cadre d’expositions collectives et individuelles, de résidences de création et d’événements au Canada, en Belgique et en France. Elle est l’autrice du récit Le drap blanc (2019) au Quartanier, et la réalisatrice d’une dizaine de micropublications, souvent en collaboration avec d’autres artistes. Elle a obtenu plusieurs reconnaissances, dont la bourse Claudine et Stephen Bronfman en art contemporain (2019) et le Prix littéraire du Gouverneur général (2019). Originaire de France, elle vit depuis 2002 à Montréal.