Soleil bleu

© Chloé Charbonnier
Artiste(s):
École primaire
2021
Participant(e)s:

Les élèves de l'école Saint-André-Apôtre (Centre de services scolaire de Montréal)

Leurs enseignant·e·s, Caroline Duval et Éric Desjardins.

Les commerçant·e·s de la rue Fleury, à Montréal
Karine Demers (Espace Flo) - 312 rue Fleury O,
Vincent D'Aoust (Le brûloir) - 318 rue Fleury O, 
Mélanie (La Bête à Pain) - 114 rue Fleury O,
Yves Bonneau (La Chocolaterie Bonneau) - 69 rue Fleury O, 
Karl (Traiteur Nomade) - 306 rue Fleury O, 
Justine Fleureux (Ça va barder) - 55 rue Fleury O.

 

Le projet Soleil bleu est un projet de médiation à l'école Saint-André-Apôtre (CSSDM) créé en collaboration avec les enseignant·e·s, Éric Desjardins et Caroline Duval ainsi que leurs élèves. L'artiste Chloé Charbonnier et les enseignant·e·s invitent les élèves à créer des cyanotypes* afin de les intégrer aux façades de commerces de la rue Fleury, dans le quartier Ahunstic (Montréal). 

 

*Cyanotype : Le cyanotype est un procédé photographique monochrome, par le biais duquel on obtient un tirage photographique bleu cyan lors de l'exposition aux UV du soleil. Information tirée du site web de l'artiste : chloecharbonnier.com

Les 1er et 2 juin, les élèves ont installé les cyanotypes qu'ils et elles ont créés, sur les façades des commerces de la rue Fleury O.

Sur la photo ci-dessus, Chloé Charbonnier et les élèves installent les cyanotypes sur la façade du Nomade - Prêt à manger, situé au 306 rue Fleury Ouest. 

 

 

Un article sur le projet, "Les commerces de FLO", muses de jeunes artistes, est paru dans Le journal des voisins le 28 mai dernier. Pour le lire, cliquez ici

 

 

 

 

 

Chloé Charbonnier

Le travail de Chloé Charbonnier s’articule autour de la collectivité et du vivre-ensemble. Habitée par le souci de rapprocher ces gens qui partagent notre quotidien, elle ajoute à la photographie la dimension de collages dans l’espace public dans le but de suspendre le flux anonyme, rompre l’indifférence et attiser notre réflexion sur l’état du monde. Une manière de recadrer poétiquement la réalité et, par des interventions urbaines et sociales, redonner à la rue une forme d’humanité.

© Oscar Ocelolt Aguirre